– Hé, Maman, pourquoi il y a Manneken-Pis là ?
– Manneken-Pis ? Où, mon chéri ?
– Là, accroché au mur !
– … Je ne vois… Ah, là ! Mais ce n’est pas Manneken-Pis, mon chéri. C’est Jésus.
– C’est qui, Jésus ?
– Jésus, c’est un monsieur important qui a vécu il y a longtemps et qui a inspiré beaucoup de gens à faire des choses bien.
– Comme Manneken-Pis ?
– Comment ça ?
– Madame Jessica nous a expliqué quand on a été voir la statue de Manneken-Pis qu’il a fait pipi et que ça a donné du courage aux soldats.
– Ah, je ne savais pas. Alors on peut dire que oui, c’est un peu comme ça. À part que…
– Mais pourquoi il est sur une croix, Jésus ? Manneken-Pis aussi était sur une croix, en vrai ?
– Euh… Pas que je sache. Jésus, des méchantes personnes ont voulu le mettre sur une croix pour l’empêcher de dire des choses qui inspirent les gens.
– C’est les méchants qui ne voulaient pas que les gentils gagnent ?
– Oui, en quelque sorte. Mais finalement, ils ont quand même gagné.
– Les gentils ?
– Oui. Parce que Jésus est ressuscité et que grâce à cela, plein de gens sont inspirés à être gentils, encore aujourd’hui.
– Ça veut dire quoi, résucité ?
– Ça veut dire qu’il était mort sur la croix et qu’il est redevenu vivant après.
– Waw, comment il a fait ça ?
– On appelle ça un miracle.
– Je peux faire ça aussi ? Comment on fait ? Tu m’apprends ?
– Malheureusement non. J’aimerais bien, chéri, tu sais.
– Oh… Flûte…
– Oui, flûte, comme tu dis.
– … Et il a fait pipi de sa croix, Jésus ?
– Non, mon chéri.
– En tout cas on dirait Manneken Pis.
– Oui, mon chéri.

Inspiré d’une remarque d’un de mes neveux. Merci à lui. 🙂

Wikipédia nous apprend ceci de Manneken-Pis :

Le Manneken-Pis, signifiant « le gamin [qui] pisse » en bruxellois est une fontaine surmontée d’une statue en bronze d’une cinquantaine de centimètres représentant un petit garçon nu en train d’uriner. Elle est située au cœur de Bruxelles, dans le quartier Saint-Jacques, à deux pas de la Grand-Place, à l’intersection de la rue de l’Étuve et de la rue du Chêne. Cette statue est le symbole de l’indépendance d’esprit des Bruxellois.